PMA 2 – TEC 1 – J-2

Nous voilà 2 jours avant le transfert. Demain direction la capitale, histoire d’être sur place pour lundi. La clinique a confirmé l’horaire cet après midi (“t’es sûr qu’il faut pas y aller en avance? Non mais si il y a du monde pour l’enregistrement?”).Le stress monte. C’est un stress différent, pas celui de la parentalité mais de l’organisation. Comment faire si ça foire? Une nouvelle séparation si pénible et douloureuse? Où se baser?Bref autant de questions qui font mal rien que d’y penser, même si vous allez me dire qu’il est trop tôt pour y penser…C’est juste que. Je ne veux pas être de nouveau séparée 15j-3 semaines du mari. Je ne pense pas pouvoir à nouveau gérer seule l’héritier. Même si bénéficier de la pma ici est une immense chance, je ne veux pas recommencer…

Advertisements

TEC 1 – J12

Nous voici à 12 jours du traitement.

Le 22, j’ai retrouvé mon cabinet (médical) préféré. Départ à 5h30, arrivée à 6h50, sortie à 7h10!

Tout était bien au repos, un endomètre tout fin comme il fallait. Une pds qui montre que je suis bien ménopausée (comme si les symptômes – humeur, sécheresse, maux de tête, bouffees de chaleur et insomnies ne suffisaient pas).

On commence donc les cachets de pr*g*n*va. 1 pendant 6 jours, puis 2, puis 3. Demain je passe à 4, avec l’introduction des fameux bonbons du terrier. Puis je redescend à 2.

Nausées et maux de tête sont au rendez vous. J’ai aussi moins de patience avec le troizans qui teste et pleure souvent (moi, pas lui).

Le fait de ne pas avoir le travail ni les trajets associés rendent le traitement moins penible qu’il y a plusieurs années (où j’avais supplié Gygy Miracle de faire un autre traitement pour les TEC à venir).

Des petites douleurs au bas ventre sont apparues ce jour – ça travaille?

Ce dimanche, nous laisserons l’héritier chez ses grands parents pour 2j pour la première fois depuis ses 3 mois. Certains se font des weekend en amoureux, nous on fait des TEC en amoureux, chacun son truc.

Transfert prévu donc pour lundi prochain. On doit m’appeler la veille pour confirmer l’heure (appel un dimanche?), puis nous resterons 24h solo sur Paris, histoire de rester tranquille (le troizans étant actuellement sur mes jambes, appuyant sur mon ventre en me disant “poney poney poney!”…).

Ensuite, cela ne sera que croisages intensifs…

C’est parti mon kiki!

Me voilà sur le territoire français depuis 3 jours!

Le vol s’est très bien passé, malgré 3×30 min de dodo pour moi (mais 5h sur 7 pour l’héritier).

J’attend toujours que le jetlag passe: j’ai beaucoup de mal dans ce sens. J’ai foutu mon principe de cododo par la fenêtre, n’ayant pas la volonté de me lever 10 fois dans la nuit comme la dernière fois de rassurer le petit. Celui ci s’endort vers 22h pour faire des nuits complètes – contrairement à sa mère qui aurait bien aimé rallumer la lumière pour lire un peu plus.

Ceci dit, je ne sais si je dois imputer ces nuits au jetlag ou à l’effet secondaire du decapeptyl. Etant donné que j’arrive à avoir des bouffées de chaleur la nuit dans la région où je suis… 

Mon contrôle s’est déroulé dans le stress. J’ai dû en faire près d’une cinquantaine, cela remonte à 4 ans. Bref je n’ai pas dormi de la nuit (pour changer), avec un départ à 5h.

Tout roupille bien (sauf moi), on a donc commencé les hormones par cachet (prog*nov*) hier soir. Reste plus qu’à espérer ne pas avoir autant la nausée qu’avant. 

Le date fatidique sera le 9 juillet! L’aterissage de Neil Armstrong dans le terrier. 2 semaines après le transfert gagnant de notre miracle ❤ Espérons que cela soir de bon présage 

La PMA à distance

Nous voilà dans le vif du sujet: comment vit-on la PMA à distance, maintenant qu’on est dedans?

start

Mine de rien, il s’est passé 4 ans depuis notre dernière tentative. Le lapin étant en réalité mi-lapin, mi-autruche, j’avais bien mis derrière moi tous ces épisodes PMA, tout au fin fond de ma tête, pour tenter de l’oublier.

autruche

Ce qui fait que je me sens un peu comme une débutante, malgré mes 3 FIV et 2 TEC! Débutante perdue, car à distance, loin de mon centre adoré.

C’est donc comme ça que lundi, après 1 semaine de ménopause bienheureuse, des douleurs se font ressentir. Puis un J1, auquel je ne m’attendais pas du tout (ménopause = pas de J1 pour moi, fête du slip!).

shocked

Bien sûr, réaction logique et pas du tout dictée par mes hormones, je pleure. Je m’imagine déjà tout devoir annuler, avoir quitté mon job trop tôt pour rien, pris des billets d’avion pour rien, c’est de ma faute, le produit a dû être exposé à + de 25 degrés pendant les 2 jours de temps très chaud que l’on a eu.

Bien sûr, c’est l’heure de fermeture pour le déjeuner du cabinet, décalage horaire faisant. Après un petit déjeuner pris les yeux bouffis

minet

on arrive à les joindre. “Ne vous inquiétez pas, c’est normal, rappelez juste si ça continue dans 2/3 jours3. Je re-pleure, de soulagement. Il est 7h25, j’ai les yeux collés par les pleurs, mon coeur bat à 100 à l’heure et je tremble encore. Je suis prête à entamer la semaine de travail.

dog1

On est donc mardi soir, et j’ai un cycle pourri, très douloureux (seraient-ce les 3j de retard?) et, parlons fonds de culotte (ça fait augmenter l’audimat et soyons honnête, on est là pour les fonds de culotte), je perds des bouts de moi-même. Bref, je ne suis pas trop sereine, et je pense faire ma relou et rappeler le cabinet jeudi matin si jamais ça ne s’est pas calmé.

En résumé, la distance rajoute un stress supplémentaire (sans blague, c’est maintenant qu’elle s’en rend compte la petite dame?!).

P.S: en plus je n’ai personne avec qui aller picoler et chialer sur mon sort

drink2

 

Vis ma vie de ménopausée

Nous voici donc 1 semaine post-décapeptyl.

Alors, la ménopause, ça ressemble à quoi? S’y est-on fait?

Je crois qu’une PMA pour un second, même si on a bien galère pour le premier, on oublie les effets négatifs. C’est un peu comme l’accouchement. On connait les rouages, les produits, les contrôles etc, mais se dire qu’on se fait aux effets secondaires, non je ne suis pas d’accord. J’oublie déjà ce que j’ai mangé la semaine passée, alors les effets secondaires d’il y a 4 ans…

fish

Donc reprenons nos moutons. J’ai eu la chance de me faire piquer le fessier juste avant une pizza, avec les enfants de nos hôtes (et le mien) qui jouaient à côté. La piqûre dans une salle de bain d’enfant, ça porte chance, hein?

Premier effet secondaire: la fesse douloureuse. Il semblerait que j’ai encore du muscle dans cette partie de mon anatomie. Le premier jour, la fesse faisait mal même debout, ensuite je grimaçais juste pour m’asseoir. Bref la grande classe.

dog

Le second est fourbe, tu ne sais pas si c’est toi qui a trop de choses dans la tête ou si c’est le foutu produit. On va dire que le produit n’arrange rien. De multiples réveils nocturnes, voire une belle insomnie où je me suis endormie à 5h du matin (heureusement c’était vendredi!). Cette nuit encore, j’ai rêvé PMA toute la nuit, avec 5 réveils au moins, et un lever à 6h du matin migraineux

insomnia

Le troisième est très gérable: la mini-migraine qui passe simplement, mais qui surgit d’un coup (merci de noter que l’on me propose érable au lieu de gérable….)

Un des plus enquiquinant est les bouffées de chaleur! Surtout la nuit, tu te couches en ayant froid, tu te réveilles au milieu de la nuit en étouffant. A appliquer au travail (très climatisé) où mon visage passe du rouge au blanc, c’est d’un effet…

hot

Et le dernier, j’ai nommé: les sautes d’humeur! Ou plutôt quand tu prends tout puissance x1.000: tu t’énerves très fort, tu t’agaces très vite, et aussi tu pleures très rapidement…

200w

Néanmoins, le planning avance bien. Pds faite, résultat récupéré, évènement tafesque derrière moi, 3 cartons de fait! On va y arriver. Et d’ici là, pour ma dernière semaine de travail, on va tenter de n’arracher la tête de personne

smile