La première séparation

Hey bien franchement, je pensais pas que ça serait aussi dur…

J’explique le contexte: evjf de la marraine de mini-lapinou, que j’avais au début décliné car je pensais allaiter, puis que j’ai accepté suite au foirage de la vache à lait. À l’époque je m’étais dit que ça me ferait du bien, 2j loin de mon enfant. Que nenni.

Plus le jour approchait, plus je paniquais. Je ne voulais plus y aller, on aurait dit un cheval en direction de l’usine Findus de l’abattoir. Je me trouvais plein d’excuses “elle je l’aime pas trop, ah non je vais me coltiner celle-là lors du trajet dans la voiture, etc…”.

En plus mini-lapinou est un bavard et commence à faire de multiples “areuh, agaaaah, gloubi” et autres subtilités de la langue française. Ce qui à mes yeux étaient bien plus passionnants que ce que j’aurai pu entendre lors de ce weekend.

Mais bon, c’était quand même pour la marraine, pas pour n’importe qui. Et je m’étais engagée à venir avec ma voiture, je ne voulais planter personne.

Malgré tout ça, j’avais l’impression d’abandonner mon enfant, à même pas 3 mois pour aller faire la nana sans enfant. Mode culpabilité activé.

Au moindre toussotement de mon mari, j’en venais à guetter la maladie, qui signifierait que je devrai rester pour m’occuper sainement de notre fils. Puis mini-lapinou fut constipé 3 jours, j’étais à 2 doigts d’annuler, ayant l’impression de laisser mon enfant malade derrière moi.

Cherchez pas, j’étais une vraie cinglée. J’en pleurais presque chaque soir, j’avais le cœur qui se contractait. J’avais le même sentiment de panique des nuits d’avant les échos de contrôle, quand je paniquais de savoir combien d’ovocytes il y avait.

Puis je suis partie.

J’ai envoyé un sms le soir même, pour prévenir de la bonne arrivée (bon ok, étant arrivée à 23h la soirée fut courte). J’ai appelé 2 fois le lendemain, mon fils avait fait un gros caca et j’étais la plus fière du monde (je vous avais dit que, maman, on s’extasiait sur des débilités?), j’ai entendu mon fils me gazouiller au téléphone, le papa me disant qu’il ne l’avait pas fait de la journée. Même si je suis sceptique, j’aime à penser qu’il le gazouillait car il entendait ma voix. Il me cherchait du regard quand je parlais, j’ai eu envie de rentrer illico, j’ai raccroché pour jouer à 1.2.3 soleil (cherchez pas…).

On m’a souvent demandé dans le we si c’était pas trop dur, en me parlant de mon fils. J’ai dû montrer les photos à quelques personnes (jamais spontanément, toujours après demande) et j’ai vite changé de sujet quand ça parlait séparation.

J’avoue, le soir je m’endormais dans mon duvet, sa paire de chaussettes à la main qui sentait ses petits petons (chez mon fils, ce sont ses mains qui sentent les pieds, allez savoir…).

En mode:


J’ai eu beaucoup de remords, de regrets d’avoir loupé ma première fête des mères. Avec l’envie de beugler aux gens “depuis le temps que je l’attendais!!!”.

Mais en rentrant en début de soirée, Sieur Biquet avait mangé mes chouquettes qu’il m’avait achetées (charmant…) et partait réconforter son meilleur pote car madame la c1 avait perdu les eaux et était à l’hôpital.

Certes j’avais imaginé autre chose, mais ce pote était venu soutenir mon mari quand j’étais moi même la veille de mon accouchement à la maternité.

Sauf que… leur enfant est venu bien trop tôt. Alors je vais peut être paraître aigrie (“ouais, l’infertile aigrie, elle est juste jalouse et méchante”), mais sérieusement, la nana avait déjà été à l’hôpital 2 semaines avant pour cause de contractions. On lui avait dit de lever le pied, d’arrêter de bosser (gros travail, sorties généralement après la nuit). Mais non, elle a continué. Et jusque là, ils étaient tout le temps en weekend ailleurs. Mais ailleurs loin. Et genre 3 weekend par mois. D’ailleurs quand elle a perdu les eaux, elle était au restaurant dans une autre ville. La veille aussi. Et maintenant le bébé a 1 mois d’avance… Bref. C’était la parenthèse WTf??!!!

Tout ça pour dire que mon retour fut comme ça:


J’ai craint que mini-lapinou me fasse la tête, mais j’ai retrouvé ses jolis sourires d’amour ❤ et j’ai survécu!

Advertisements

11 thoughts on “La première séparation

  1. Oui j’imagine que c’est pas facile de laisser son tout petit bouchon, même pour un week-end sympa entre fille
    (Moi j’aime bien le 1.2.3 soleil en plus).
    Mais bon même si ça a été dur tu l’as fait!!!

    Liked by 1 person

  2. Moi aussi j’ai du mal avec les séparations, malgré les gardes hebdomadaires, je ne m’y fais pas. Mais pour les journées je me suis habituée et ne souffre pas de le laisser si heureux avec les copains à la crèche 🙂
    Chapeau pour le week-end complet !! Bisous

    Liked by 1 person

  3. Qui c’est qui disait qu’elle était pas maman Gaga ? 😊 je te félicite ! Pour avoir pris sur toi et pour t’être accordée un peu de bon temps pour toi. Par contre, je félicite pas ton mari pour la fete des mères un peu gâchée (mais pourquoi a-t-il mangé tes chouquettes, crotte de bique ?!). Ah, les hommes… 😉

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s