L’envie

J’ai toujours su que je voulais plus qu’un enfant. J’ai toujours imaginé mon couple entouré de 3, 4 enfants. Désir partagé avec mon mari. Désir revu à la baisse quand on n’a su que copuler ne suffirait pas (ni partir en vacances d’ailleurs, l’arnaque).

On a “la chance” de nous y être pris tôt. Quoique je ne sais pas si c’est de la chance, la vie a été faite comme ça, nous nous sommes rencontrés jeunes, mariés jeunes, le désir d’enfant était là.

Nous savions donc que malgré les galères de mini-lapinou, malgré la grossesse pas parsemée de papillons, nous rempilerons pour un second.

Bien que ma tête (et ma fatigue) n’a pas franchement envie là tout de suite d’un second (je préfèrerai avoir passé l’étape de caca volant et de bibi réclamé la nuit), mon cœur commence à s’emballer. Ce con de cœur.

Mon passe temps préféré du moment est de scotcher sur la pub p*mpers de Facebook, où on voit une maman faire du peau á peau avec un nouveau né. Problème de riche: avant je voulais connaître cette sensation. Maintenant je souhaiterai la connaître encore. Y a un truc là, au fond de moi, qui se serre. Les larmes qui montent. Je suis projetée en arrière lors des premiers moments avec notre fils. J’essaie de me souvenir de l’odeur d’un nouveau né.

Puis il y a cette naissance annoncée. Qui ne fait pas mal – un couple ouvert d’esprit, leur premier, ils ont voulu profiter de la vie avant d’être parents alors qu’ils auraient pu en avoir 6. Elle a accouché dans la même maternité que moi. Me revoilà presque 2 ans en arrière. Je me remémore chaque rendez-vous, la frayeur des urgences, puis la veille et le jour j.

Et mon cœur se serre à nouveau, les larmes montent. J’aimerai connaître ça encore une fois, je souhaiterai. C’est quelque part égoïste de ne pas se focaliser sur le bonheur présent, d’en vouloir toujours plus.

Mais cette fois, ce n’est pas pareil. Ce vide n’est là que quand je suis sans mon fils (j’irai bien lui faire un câlin là mais il dort et je ne suis pas sado mais à risquer de le réveiller). Je me retourne sur les poussettes de nouveau né non plus avec souffrance mais avec attendrissement.

Malgré ce bonheur déjà énorme, j’ai ce truc là, dans ma poitrine, qui se serre, parfois.

On va blâmer ça sur les hormones, c21 va bientôt arriver…

Advertisements

17 thoughts on “L’envie

  1. Je suis encore pire. J’en ai déjà 2, dont 1 de 7 mois…. et pourtant ça me travaille aux tripes depuis déjà quelques mois… alors que je ne suis même pas sure de vouloir cet enfant mais tellement nostalgique du petit nourrisson, de la grossesse, de l’accouchement…. Je crois que les hormones ne me lâchent pas….
    Je te souhaite de tout coeur que ton souhait se réalise quand tu seras prête!

    Liked by 1 person

  2. Pour un 2ème l’attente et la souffrance sont peut être moins fortes mais font ressurgir celles du 1er et ce besoin profond d’être maman, de nouveau. J’imagine très bien ce que tu ressens, ce truc au fond du coeur et du ventre qui t’appelle chaque jour plus fort. Je te souhaite un beau positif très vite ❤

    Liked by 1 person

  3. Je te comprends. Même avec mon mari, on est tout attendris sur les nouveaux-nés, et ça nous semble si loin, et si court ce temps-là. Heureusement qu’ils sont encore petits quand même. Mais allez, repartez, vous le pouvez ! Pour nous c’est bel et bien fini (on s’est pas connus jeunes ni mariés jeunes et tout et tout). J’aurais aimé ô combien. Mais je me sens déjà tellement tellement chanceuse et je savoure chaque instant !

    Liked by 2 people

  4. Et oui quand les tripes parlent, on ne pense qu’à ça …
    J’ai vécu exactement ça après H., je faisais une fixation sur les écarts d’âge dans les fratries, sur les grossesses de mes amies etc … J. a maintenant 7 mois, et j’avoue que je ne sens pas ma famille “complète”, alors que mon Mari oui, mais bon, on verra bien dans quelques temps …
    Je vous souhaite en tout cas que ce soit moins compliqué que pour votre premier, comme ça l’a été pour nous … Bises.

    Liked by 1 person

  5. On n’est jamais à l’abri d’un gertrudage 😉
    Courage pour cette attente. Il ne s’est pas passé beaucoup de temps entre mes deux grossesses, mais suffisamment pour pouvoir ressentir ce désir qui vient du plus profond de nous. Je te souhaite un deuxième qui traine un peu moins que le premier

    Like

  6. Je te comprends très bien. Tout comme toi : envie de revivre grossesse, accouchement, premiers mois… C’est vrai que ce temps qui paraissait parfois long est en fait si court ! Et c’est tant d’émotions, tant d’extraordinaire, qu’on voudrait le revivre…

    Liked by 1 person

  7. C’est vrai que c’est mignon tout plein un nouveau-né. Je ne peux pas m’empêcher de zieuter à la dérobade à l’intérieur d’une nacelle. Il y a quelque chose qui émeut/ébranle à les voyons ces tous petits. Pour nous, c’est fini aussi la PMA et le retour aux couches. C’est plus simple dans notre cas puisque nous n’avions jamais voulu d’un second. J’apprécie maintenant les moments si riches que je passe avec Plumeau et malgré tout je suis nostalgie des moments bébés. On vient de vendre les deux poussettes (la canne et l’autre) : derniers vestiges de puériculture, du temps du Plumeau bébé. ça m’a fait bizarre sur le coup de voir partir la dernière poussette.

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s