Toutes ces choses…

A mon fils…

Même si au tout début de ta vie, les choses ont faites que j’avais du mal à tisser un véritable lien avec toi. Oui je t’aimais, oui je t’ai tellement attendu et désiré que je me sentais comblée de t’avoir. Mais non, je ne t’admirais pas la nuit les yeux plein de larmes – je pionçais. J’avais peur de mal faire, peur de te blesser, si petit, si fragile. Pas à l’aise dans mon nouveau rôle, celui que j’avais imaginé pendant des années.

Aujourd’hui nous célébrons ma seconde fête de maman. Je ne sais pas si on peut dire cela, ou si on compte aussi celles que j’ai passé à t’attendre.

Mais voilà, plus tu grandis, plus je t’aime.

J’aime le fait que tu sois devenu plus câlin, ton petit bras qui passe derrière mon cou pour rapprocher ma tête de la tienne.

J’aime nos moments de complicité, nos bisous d’yeux, qu’on en fait que tous les deux.

J’aime te courir derrière à 4 pattes pendant que tu cours autour de la table en poussant des cris de joie (et d’excitation).

J’aime tes petites manies, si petit et déjà précautionneux, comme fermer toutes les portes en disant bye bye, rabattre toutes les cuvettes de toilette, ranger tes voitures les unes derrière les autres à la queue-leu-leu.

J’aime quand tu viens nous faire un câlin aux jambes.

J’aime être celle qui connait tes lubies du moment: la couleur bleue, les trains, les engins de chantier et les tracteurs.

Les moments difficiles sont ceux de l’éducation, quand tu fais une bêtise en en ayant conscience et qu’il ne faut pas laisser passer. Souvent, je laisse la place à ton père, pour éviter de céder.

Qui a dit que la parentalité était facile?

Pourtant, malgré tous les récents levers aux aurores-nocturnes-de soirée (barrez la mention inutile – et oui, on lui a remis ses barreaux), je ne changerai pour rien au monde.

Si tu me laissais faire (mon petit têtu), je passerai mes journées à te bisouiller.

Merci pur tout ce que tu es, et ce que tu représentes.

En espérant que toutes les mamans en devenir auront aussi cette chance ❤

Advertisements

5 thoughts on “Toutes ces choses…

  1. Comme toi, j’avoue préférer ma relation avec mon fils depuis qu’il marche et commence à parler : moins fragile, et cette satisfaction de constater que je suis un peu pour ses progrès : quelle satisfaction quand il compte jusqu’à 11 🙂
    Il faut profiter de tous ses beaux moments et les graver à jamais dans notre mémoire.

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s